Traitements actuels

Les patients bénéficient de meilleurs traitements, mais les complications liées aux traitements restent courantes.

Parcours thérapeutique


La VAA est une maladie chronique avec des périodes de rechute,
qui nécessite la mise en place d'un traitement immunosuppresseur à long terme1-3.

  • Maladie atteignant les organesou potentiellement mortelle
  • Rémission
  • Rechute
  • Forme réfractaire

Les infections liées au traitement sont la principale cause de mortalité aiguë1, 2


Les infections liées au traitement sont
la principale cause de mortalité aiguë1, 2

Au cours de la première année suivant le diagnostic de GPA ou de PAM, la moitié (50 %) du risque de mortalité précoce est dû à une infection liée au traitement1*.

Une analyse systématique des données relatives aux événements indésirables liés aux glucocorticoïdes disponibles dans des études cliniques sur la VAA publiées entre le 1er janvier 2007 et le 30 janvier 2018 a identifié l'infection comme étant la principale cause de mortalité, le plus souvent au début du traitement par induction2 †.

Les données recueillies en situation réelle confirment que les infections liées au traitement sont courantes, puisque, respectivement 27 %, 28 %, 23 % et 20 % des patients atteints de GPA et de PAM sont atteints d'une infection au bout de 1, 3, 6 et 12 mois après le début du traitement par induction d'une rémission3 ‡.

Bibliographie et notes de bas de page

VAA et atteinte des organes


Les patients atteints de GPA ou de PAM présentent un nombre croissant de lésions aux organes en raison de
l'évolution de leur vascularite et des événements indésirables liés aux glucocorticoïdes1-3.

La prise de glucocorticoïdes à haute dose, de manière répétée et sur le long terme, est associée à un risque accru d'apparition ou d'aggravation d'affections telles que le diabète, l'hypertension, l'ostéoporose, l'ostéonécrose avasculaire, le cancer, la cataracte et d'autres effets secondaires invalidants1,2*†. Une étude a suivi des patients ayant reçu un premier diagnostic de GPA et de PAM sur une période maximale de 7 ans : elle a montré que la fréquence des lésions, notamment des lésions potentiellement liées au traitement, augmente au fil du temps (p < 0,01)2†.

Par ailleurs, les taux élevés de lésions dues à la vascularite à long terme étaient associés à une prise cumulée de glucocorticoïde plus élevée (p = 0,016)3†.

Cette morbidité grave se traduit par un risque de mortalité considérablement accru et un rapport des risques de 2,41 (95 % IC : 1,74-3,34) chez les patients atteints de GPA par comparaison avec un groupe témoin répondant aux mêmes critères d'âge et de sexe2-4†‡.

Bibliographie et notes de bas de page

La mise au point de nouveaux traitements et de stratégies innovantes est nécessaire1,2


Lightbulb icon

« Les progrès constants dans notre compréhension des mécanismes des pathologies associées aux ANCA et la mise au point de traitements plus efficaces, moins toxiques et plus ciblés, permettront certainement d'obtenir des résultats encore meilleurs à l'avenir3. »

– Jennette JC, Nachman PH. Clin J Am Soc Nephrol 2017


Syringe icon

« Les biothérapies qui ciblent des composants cellulaires et moléculaires spécifiques impliqués dans la réponse auto-immune et les médiateurs des lésions inflammatoires peuvent s'avérer plus efficaces et moins toxiques3. »

– Jennette JC, Nachman PH. Clin J Am Soc Nephrol 2017

Bibliographie et notes de bas de page

Qu'est-ce que la VAA ?

La VAA est une vascularite aiguë des petits vaisseaux qui touche plusieurs organes et présente un risque de mortalité élevé

Mécanisme pathogénique

L'interaction entre la voie alterne du complément activée, les neutrophiles et la protéine C5a est au centre des lésions vasculitiques constatées dans le cadre d'une VAA

Traitements actuels

Les patients bénéficient de meilleurs traitements, mais les complications liées aux traitements restent courantes

Expérience des patients

Les patients atteints de VAA suivent un parcours difficile sur le plan émotionnel